Le mésothéliome pleural malin

Un mésothéliome pleural malin, souvent abrégé par le terme de mésothéliome, est un cancer de la plèvre, l’enveloppe qui entoure chacun des poumons. Il se développe à partir de cellules mésothéliales initialement normales, qui se transforment en cellules cancéreuses, se multipliant alors de façon anarchique.

La plèvre

Dans la cage thoracique, le coeur est situé au centre, dans le médiastin, contenant aussi la trachée et les gros vaisseaux sanguins, avec, de chaque côté, un poumon. Chaque poumon est enveloppé d’une membrane appelée plèvre. Elle permet de relier le poumon à la cage thoracique. Elle est constituée de deux feuillets. Au contact direct du poumon se trouve la plèvre viscérale. Le second feuillet tapisse la cage thoracique, sur son versant interne, se prolongeant à la surface du diaphragme et du médiastin. Elle est appelée plèvre pariétale. Ces deux plèvres glissent l’une contre l’autre au rythme de la respiration. A l’état normal, il n’y a rien qui sépare ces deux feuillets, on parle d’espace virtuel.

Responsive image

Comme présentée ci-dessus, la plèvre est composée de cellules mésothéliales. Pour différentes raisons (agression par des facteurs environnementaux et/ou prédispositions génétiques) une cellule mésothéliale va s’altérer et se multiplier de façon anarchique et sans contrôle. Elle n’est pas reconnue comme défectueuse par les défenses naturelles (système immunitaire) de l’organisme et n’est pas éliminée : c’est le point de départ d’un mésothéliome pleural malin. Le cancer va se développer dans la cavité pleurale puis peut s’étendre aux structures des organes de voisinage (poumon(s), paroi thoracique, cœur et son enveloppe péricardique, diaphragme puis l’abdomen…).

Un épanchement pleural liquidien (pleurésie) est très fréquemment associé, lié à l’inflammation pleurale induite par le mésothéliome ± un blocage de la réabsorption du liquide.  Cette pleurésie est souvent responsable des premiers signes d’appel cliniques.

Responsive image

Il est rarement retrouvé de cellules mésothéliales tumorales à distance de la plèvre, les métastases du mésothéliome pleural sont habituellement rares ou très tardives dans l’histoire du cancer.

Il existe trois sous-types différents de mésothéliome :

  • Epithélioïde (≥ 50% des formes).
  • Sarcomatoïde (≈ 15%).
  • Mixte ou biphasique (≈ 30%), c’est-à-dire un mélange des deux autres sous types.

Le sous type est un élément important à prendre en compte lors du projet thérapeutique que votre pneumologue/oncologue va vous proposer. Il va également influencer le pronostic de votre maladie. Le mésothéliome malin peut toucher d’autres enveloppes du corps que la plèvre, comme celle de l’abdomen (péritoine) ou du cœur (péricarde).

Ces autres localisations relèvent d’une prise en charge spécifique, distincte de celle du mésothéliome pleural malin.